Prof-trotter et échevin dans une petite commune rurale de Belgique, j’ai acquis, au fil des voyages et des rencontres, la certitude qu’habiter une langue était sans doute la meilleure manière de faire tomber les frontières et de construire notre indispensable récit commun.

Commentaires

Anne
Répondre

Laissons l’espoir nous envahir , laissons la vie nous envahir ,
Laissons la liberté nous envahir et non la haine et le désespoir

Isabelle
Répondre

Merci de partager ainsi vos écrits... Merci d'être un passeur de vos réflexions. J'espère que vous parvenez à ouvrir cette grande force de construction de soi et de renforcement de la résilience qu'est l'écriture auprès de vos étudiants.
Une prof... !

martine dem
Répondre

très beau texte, plein de douceur!
belle continuation!

Delville
Répondre

C’est beau ..de belles intentons et quelle force !
Merciiiii